Depuis quelques années, la création audiovisuelle vit une crise terrible. Elle est atteinte du syndrôme de la Franchise. Pas celle qui te fait dire la vérité crue. Non, celle qui consiste à ne pas lâcher un nonos juteux tant qu’on lui a pas fait cracher toute sa moelle. Malgré le fait qu’il soit déjà foutu et refoutu. qu’on ai extrait tout ce qu’il pouvait produire de beau, bon et nourrissant (pour l’esprit).

Ça se manifeste essentiellement par ces choses qu’on appelle :

  • reboot ;
  • prequel ;
  • suite (et que la saga originale soit terminée n’a absolument aucune importance, on va inventer un truc capilotracté à mort pour relancer la pompe à fric l’histoire) ;
  • “machin chouette 20 ans plus tard” ;
  • remake.

Et s’il vous faut des exemples des trucs qu’on nous a infligé dans le genre, on peut citer :

  • Freddy ;
  • Alien ;
  • Total Recall ;
  • Conan ;
  • Les Mystérieuses Cités d’Or ;
  • Star Wars (haha troll inside, je vais me faire détester là) ;
  • Indiana Jones ;
  • Die Hard ;
  • Blade Runner (je l’attends au tournant celui-là)
  • et même Oui-Oui ! (les salauds, ils ne reculent devant rien).

J’arrête là et vous épargne le pillage en règle des licences Marvel et DC Comics hein, on a comprit l’idée.

Parait que les 30–40 ans sont des nostalgiques de leur enfance et que ça les fait kiffer. Bon techniquement je suis dans le cœur de cible théorique et perso, ça me fait surtout gerber en général.

Le problème est que les 3/4 du temps, à part quelques clins d’œil à l’histoire originale, ces trucs qu’on nous sert n’ont strictement rien à voir. Ce sont des coquilles vides (mal-)habillées d’effets spéciaux (même pas respectueux du visuel original parfois) pour faire passer la pilule. Ce ne sont même pas de bons plagiats.

Oh bien sûr j’exagère un peu, certains trucs sont encore assez cools. Mais globalement, il faut le dire, ça vole carrément bas. C’est triste, on dirait que les vieux noms du cinéma/télé/jeux vidéos sont obligés de rester assis sur leurs vieux succès s’ils veulent espérer obtenir du budget et travailler, et que les jeunes sont contraints de s’essayer à l’exercice ingrat du remake pour la même raison.

C’est dommage, moi je rêve de nouvelles histoires passionnantes. De nouveaux héros ! Et surtout qu’on arrête de piétiner mes souvenirs d’enfance et de me les recracher à la figure, tous moches et déformés.

Pour conclure, une petite théorie perso sur la cible de ces trucs. À mon humble avis ce n’est pas fait pour les 30–40. Mais plutôt pour les plus jeunes qui n’ont pas forcément connu directement mais plutôt par “rebond”, via leurs frères et sœurs plus âgés par exemple et qui du coup ont été marqué par ces histoires sans avoir baigné dedans pour autant. C’est la seule explication satisfaisante que j’ai trouvé. Vous en avez une vous ? Où en fait la grande majorité adhère à ces trucs et je suis dans un groupe de vieux râleurs réfractaires — ce qui ne serait pas non plus pour me surprendre ?