Je lis moins vite…

Ou plutôt je lis moins bien. Ma “qualité de lecture” a baissé, il faut bien l’admettre.

Oh bien sûr c’est plus compliqué que ça ! En fait je suis capable de lire très vite à peu près n’importe quel document technique, d’extraire le sens à la plupart des articles de presse ou de blog en me contentant de le parcourir très rapidement du regard. Sans parler des emails évidemment, nous connaissons tous ça. Non, je n’ai vraiment aucun problème pour lire des tonnes et des tonnes de procédures à longueur de journée en fait. Pour absorber des donnéee utiles. D’ailleurs, quand on y pense, je passe même l’essentiel de mon temps à lire des trucs.

Non ce n’est pas ça le problème.

Je crois que je suis devenu un mauvais lecteur… de livres. J’ai beaucoup plus de mal à me plonger dans un roman et y rester, presqu’en apnée, durant des heures comme je le faisais gamin ou ado. Et quand je me laisse prendre par une histoire, même déjà lue auparavant, il me faut plus de temps pour la finir. C’est d’ailleurs en constatant le temps qu’il me faut pour relire certains ou le mal à m’immerger dans d’autres que j’avais dévorés plus jeune que je me suis rendu de ce souci. Mes plages de lecture sont plus courtes, moins intenses me semble-t-il.

Et ça m’attriste beaucoup ! Je refuse d’être inapte à la fantaisie quand je suis si doué pour ingurgiter de l’info (pas forcément si utile d’ailleurs). D’autant que j’aime lire des histoire. Vraiment ! C’est juste une activité que j’ai un peu délaissé faute de temps. Et aussi parce qu’à force justement de lire utile toute la journée, je n’ai pas toujours envie de lire pour mes loisirs.

Alors je m’accroche et m’impose un temps pour la lecture non-utile et le rêve en espérant que, tel un sportif reprenant une vieille discipline, l’aptitude à me plonger dans les romans et les dévorer me regagne.

D’ailleurs faut que je vous laisse, j’ai lecture.